Formuler une vision ou une ambition est un des passages obligés du management. Fixer un cap, lancer un projet autour d'une idée forte, mobiliser un Codir, etc. Quelles que soient les cultures, les contextes et les groupes concernés, c'est un incontournable.

C'est surtout un point de départ de la dynamique humaine sur un projet. Sans elle, vous ne pourrez pas mener de stratégie de mobilisation efficace (type stratégie des alliés) et perdrez de nombreux leviers pour faire adhérer votre équipe (cf. outil VUE).

Formuler une vision, c'est simple et a priori accessible à tous ; trouver LA bonne vision n'est pourtant pas toujours facile.  

 

Pour commencer, il convient de distinguer la vision de l'objectif, de la stratégie ou de l'axe de travail :

  • Vision et objectif : un objectif est purement chiffré alors qu'une vision s'adresse d'abord à un collectif humain. Elle est au-dessus des objectifs puisqu'elle est censée leur donner du sens.

« Devenir le leader… » est un objectif, « Trouver les volumes qui assureront notre avenir » peut-être une vision à condition de dire où et pourquoi.

  • Vision et stratégie : une stratégie répond à un enjeu rationnel précis « comment allouer notre ressource rare (consistant souvent à gagner du temps) ? », la vision n'a pas cette contrainte, elle doit être émotionnelle, elle peut être symbolique, etc.

Ex : « Tout miser sur le haut-de-gamme » est une stratégie, « donner à notre client un service unique » peut-être une vision.

  • Vision et axes de travail : un enjeu de Qualité ou de Transversalité est un bon axe de travail, mais c'est un moyen qui ne peut suffire à définir une ambition. Un axe de travail peut être « soldé », une vision ne doit pas être périssable.

Ex : « améliorer notre qualité de service » est un axe de travail ; « devenir le fournisseur préféré de nos clients » peut-être une vision, là encore si on met du contenu derrière le mot “préféré”.

Evidemment, le “I have a dream” de Martin Luther King est une des ambitions mythiques du XXème siècle.

Voici une liste d'éléments caractéristiques pour vous aider à élaborer une ambition ou une vision :

Une vision ne peut pas être un élément de votre projet d'entreprise

C'est votre projet d'entreprise qui est une des déclinaisons de votre vision, sinon cela voudrait dire que vous êtes tombé dans le piège cité plus haut d'une vision-objectif ou piste de travail.

 

Une vision doit être tournée vers l'extérieur 

« Devenir les meilleurs du monde », c'est stimulant mais cela détourne de la relation à l'extérieur, et ça cultive le chacun pour soi.

« Rendre accessible à tous les bienfaits du sport » (vision d'entreprise chez Décathlon), c'est une vision qui comprend une réalité opérationnelle et une promesse client, c'est beaucoup plus ouvert.

 

Une vision doit concerner directement les acteurs du terrain :

« Doubler notre CA en 5 ans », cela n'est pas un enjeu pour les acteurs de terrain.

« Assurer le maintien de nos savoir-faire historiques », c'est clairement un enjeu.

 

Une vision doit concerner tous les services :

« Développer notre excellence opérationnelle », cela exclut les fonctions supports des contributions directes à la vision.

« Donner au client une expérience unique », cela est plus vaste, tout le monde y contribue.

 

Une vision doit être positive :

« Refuser la fatalité de la décroissance », c'est une vision qui amène de l'antagonisme, des désaccords.

« Aller chercher ensemble la croissance qui assurera notre avenir », cela amène plus directement à la proposition, à la collaboration, au crédit d'intention.

 

Une vision doit être singulière :

« Devenir le leader sur notre marché », cela pourrait être applicable à toutes les autres entreprises du monde. C'est impersonnel.

« Devenir le magasin préféré des amoureux du rock », c'est à l'évidence une ambition qui porte en elle-même son identité.

 

Une vision doit être ambitieuse presque inatteignable :

« Tenir notre budget tous les ans », c'est une cible atteignable mais dont l'atteinte ne signifie pas une réalisation extraordinaire, c'est un rappel de ce qui devrait être fait chaque année.

« Faire sortir tous nos clients avec le sourire aux lèvres », ce n'est pas forcément mesurable ni atteignable, mais c'est une source d'action et de questionnement formidable.

 

Une vision doit pouvoir se résumer en quelques phrases :

Toute vision qui ne peut s'exprimer en une phrase sera difficilement retenue par tous les collaborateurs, or une vision qui n'est pas dans toutes les têtes est perdue.

 

Une vision peut ne pas être très claire

C'est un objectif lointain dans la valeur et dans la quête, comme liberté/égalité/fraternité en France. C'est difficile à définir, à traduire en actes simples, et ça peut générer des débats contradictoires. Mais ce n'est pas grave, parce que si le débat a lieu, votre collectif progressera, deviendra plus mature. Le “livrable” de la vision c'est la maturité et la responsabilité. Ce n'est pas un plan d'action.

 

 

Une fois qu'on a défini la vision, il faut la présenter et là un pacte peut-être utile. 

 

L'ambition française a toutes les caractéristiques d'une bonne ambition !


Page lue 15169 fois

Vos témoignages


    • Manel Boukredera
    • PIP
    • Qualité
    • le 07 Février 2018 à 13h19

    Vision :

    Notre entreprise deviendra un potentiel et professionnel du domaine pharmaceutique jouissant d’un positionnement et constituant un modèle sérieux

    Ambition:

    Notre entreprise prend le bon chemin, de réussite et de croissance en vue de conquérir une part intéressante du marché algérien. Ainsi qu’une capacité de production et de concurrence importante assureront une rentabilité garantissant sa durabilité  

      • Patrick B.
      • Albus Conseil
      • Dirigeant
      • le 27 Février 2018 à 15h35

      Bonjour Manuel,

      Merci pour ce partage et pardon de ne pas avoir répondu plus tôt.

      Pour la vision je suis d’accord avec l’esprit : se projeter dans une situation future souhaitable. En revanche je pense qu’il faut être plus spécifique. Un modèle sérieux, c’est un concept qui mérite d’être défini. En tous cas c’est surement derrière cette notion qu’il faudra discuter avec les équipes. Si on donne un contenu singulier à cette idée, c’est une vision, sinon c’est un cadre trop vague et désincarné.

       

      Pour l’ambition ce qui est intéressant c’est de s’aventurer sur le domaine du commun. Mais là encore, j’ai envie de savoir ce qu’est le bon chemin selon vous. Un manager doit se mouiller. Tant pis si les équipes ne sont pas vraiment d’accord ; nous aurons donc des discussions intéressantes. Si tout le monde est d’accord c’est probablement que vous êtes un peu vague.

       

      • Christophe Alla
      • REJEB
      • Président
      • le 01 Septembre 2018 à 23h04
      Bonjour cher ! Je viens à travers cette note vous témoigner ma profonde gratitude et par ma même occasion vous encourager car ces informations me permettrons de bien définir la vision de mon assocition. Excellent mois de septembre à tous !
      • Patrick B.
      • Albus Conseil
      • Dirigeant
      • le 04 Septembre 2018 à 07h09

      Bonjour Christophe,

      Heureux d’avoir pu vous orienter.

Retour en haut de page