Grand sujet à la mode, en particulier avec « les nouvelles générations » ! La liberté et l'autonomie, redoutables et progressistes sur le papier, sont difficiles à mettre en musique.

Quelques idées et bonnes pratiques.

 

La liberté et l'autonomie, c'est relatif

D'abord posez le livre qui décrit les exemples plus aboutis d'entreprise libérée : ils sont intéressants mais impossibles à dupliquer chez vous, dans une grande entreprise à forte culture. Vous allez refermer le bouquin en vous disant que c'est beau, mais pas pour vous.

Mais heureusement, la liberté est une aspiration. Elle est relative. Chaque conquête de liberté apporte des bénéfices très forts, que l'on soit aux balbutiements en essayant de libérer un petit processus, ou très avancé en libérant encore une action de plus.

Bref, ne cherchez pas à rendre tout de suite vos collaborateurs totalement libres et autonomes, cherchez à leur donner chaque jour un peu plus de liberté.

Résultat de recherche d'images pour

« Le passé a été le temps de la colonisation. Le présent est le temps du partage, par le rééquilibrage. L'avenir doit être le temps de l'identité, dans un destin commun », préambule de l'Accord de Nouméa : la liberté est relative, ce qui compte c'est qu'elle progresse.

 

Et ça dépend de la compétence

Donner beaucoup d'autonomie à quelqu'un qui prend un poste est souvent un pari perdant. Le bon usage de la liberté dépend beaucoup de la connaissance que l'on a de l'environnement (l'équipe, le chef, le métier). L'autonomie doit être donnée de façon progressive. Au début, on privilégiera le « faire avec » plutôt que la délégation.

Formez, transmettez en priorité. L'autonomie viendra avec la confiance.

Résultat de recherche d'images pour

Perceval dans Kaamelott. Arthur fait avec lui pour essayer de l'accompagner dans sa montée en autonomie… D'ailleurs quand il lui confie des missions avec beaucoup de liberté, il échoue systématiquement.

 

Ça nécessite du positif

L'autonomie et la liberté ne sont pas vraiment culturelles dans le monde du travail actuel. On aime que le chef tranche et avoir un cadre clair.

Bref, donner de la liberté paraît être une idée généreuse, mais elle n'est pas toujours bien vécue par les équipes qui peuvent y voir un piège.

Il faut donc baliser le chemin. Dans le système d'animation certes, mais aussi au quotidien. Et il faut le faire en positif 80% du temps. Parce que la peur est l'ennemi de la liberté et de l'autonomie.

Résultat de recherche d'images pour

Dans V pour Vendetta, le héros encourage à la liberté face au totalitarisme pour développer le courage des citoyens.

 

Et d'animer les liens entre les collaborateurs

Evidemment, si l'autonomie se développe sans une communication très dense au sein de l'équipe, vous avez de grandes chances de vous retrouver avec des dégâts importants : conflits, incohérences, etc.

Veillez donc à ce que les collaborateurs se racontent leurs actions et partagent leurs succès. L'entraide et le co-développement sont les garde-fous les plus efficaces de l'autonomie.

Résultat de recherche d'images pour

Dans Mission Impossible, les membres de l'équipes sont tous hyper compétents et autonomes, mais ils ne coupent jamais le contact. 


Page lue 143 fois

Vos témoignages


Aucun témoignage n'a été posté à l'heure actuelle.

Retour en haut de page