Le carnet de tickets est une petite histoire toute simple à raconter à vos équipes pour les inciter à traiter leurs problèmes au fur et à mesure.  

Au quotidien, les échanges entre les membres d'une équipe se multiplient et parfois, surgissent un mot malheureux, une petite vexation, une incompréhension… Des événements bénins mais qui agacent un peu : chacun de ces événements constitue un “ticket” et sur le coup, on se dit que ce n'est pas grave, on “passe l'éponge” : le ticket est mis dans la poche.

Et puis, les tickets se multiplient dans la poche jusqu'à former un carnet.

Un jour, un nouvel événement bénin arrive entre les deux personnes, mais cette fois c'en est trop et ce sont tous les tickets qui sortent en même temps. Celui qui vient de commettre un faux pas se voit soudain reprocher toutes ses erreurs des derniers mois, avec une violence totalement disproportionnée en regard de ce qui vient de se passer.

Dans Take Shelter (Jeff Nichols – 2011), Curtis s'enferme dans ses problèmes et ses reproches. La solution commence à émerger quand il partage son état avec sa femme.

 

La leçon bien sûr, c'est qu'il faut traiter les tickets au fur et à mesure, tant que c'est facile. Ce qui nécessite de savoir exprimer des désaccords.

Si on ne le fait pas, décoincer l'équipe en crise sera bien plus difficile.

Cette histoire est aussi celle de la goutte d'eau qui fait déborder le vase. Elle est caractéristique d'une relation enfant/enfant ou enfant/parent comme vu dans l'Analyse Transactionnelle


Page lue 1150 fois

Vos témoignages


Aucun témoignage n'a été posté à l'heure actuelle.

Retour en haut de page