Dans un monde parfait, nos décisions et celles de nos chefs seraient toutes cohérentes entre elles et dans le temps… Dans un monde parfait !

En fait, le manager doit apprendre à animer et donner du sens dans l'incertitude et surtout vivre avec.

Comment s'y prendre au quotidien ?

 

Assumez que la contradiction est l'essence des systèmes complexes

Un exemple simple :

  • On veut valoriser l'autonomie du local, pour profiter de ses spécificités et de sa valeur ajoutée.
  • On veut assurer une cohérence globale, un alignement des pratiques et des réglements pour avoir un effet groupe fort, lisible de l'extérieur.

Bref, on est structurellement écartelé entre l'envie de diversité et le besoin de synthèse.

Il en est de même sur des dizaines d'exemples :

  • Dans les rapports entre qualité et productivité.
  • Entre la nécessité de coût et désir d'innovation.
  • Entre l'envie de relation simple et directe entre les services et le besoin de respect des lignes hiérarchiques.
  • Etc.

Les ayatollahs sur chacun des sujets voudraient que l'on tranche entre l'une et l'autre des positions. Mais c'est généralement impossible (sinon le débat serait stérile !).

La secret est d'arriver à passer du « OU » au « ET » et donc de la négociation à la recherche d'optimum.

Comment trouver l'optimum entre qualité ET productivité, entre coût ET innovation ? Mettre en avant les 2 forces contradictoires, en assumant que c'est effectivement difficile parce que les 2 objectifs sont estimables, est une façon de faire confiance à l‘intelligence de vos équipes. À long terme, elles vous le rendront.

Pour illustrer cette approche très directe, on passe par le jeu pour être ludique et efficace :

  • On organise un jeu de rôle avec 2 équipes : l'une est concentrée à 100% sur un des aspects, quand la seconde est à 100% sur l'autre. On joue alors à caricaturer pour trouver le meilleur des 2.
  • On dessine une matrice à 2 axes avec par exemple « coût » sur l'un des axes et « qualité » sur l'autre (et ça marche avec tout !). Puis, on place les projets sur le graphique. Le jeu consiste alors à améliorer la position de chacun : je choisis un projet qualité très onéreux et je cherche à réduire son coût sans dégrader sa qualité ; inversement avec un projet peu cher dont on veut développer la qualité. Chaque petite équipe s'occupe d'un projet et les mesures proposées sont votées par tous pour choisir les meilleures.

Page lue 59 fois

Vos témoignages


Aucun témoignage n'a été posté à l'heure actuelle.

Retour en haut de page