Le management situationnel est une grille de lecture pour adapter son mode de management à chaque membre de son équipe. Elle part de plusieurs constatations :

  • Le manager a pour objectif de faire monter en compétence toutes les personnes de son équipe.
  • Pour cela, sa ressource rare est le temps : il doit chercher à l'optimiser.
  • Tous les membres de son équipe ne demandent pas le même temps, cela dépend notamment de leur niveau d'autonomie sur leur fonction.
  • L'idée n'est donc pas de minimiser le temps passé avec tout le monde, mais d'adapter le temps passé (et donc le mode de management) aux besoins de chacun.

 

Le management situationnel nous apprend donc une chose essentielle : il n'y a pas un seul mode de management parfait. Il y a des modes de management qui doivent idéalement être tous maîtrisés et astucieusement utilisés pour faire grandir ses collaborateurs.

Dans une fonction donnée, l'autonomie d'une personne dépend de plusieurs facteurs : la clarté de ce qui est attendu de lui, sa motivation à le faire et sa compétence pour le faire (d'où la logique motivation compétence). Il convient donc de ne pas s'appuyer que sur la compétence pour jauger le niveau d'autonomie d'un collaborateur.

 

Le management situationnel se base sur deux axes comportementaux : 

- l'axe structurel : consistant à planifier et programmer ou non les tâches et les rôles donnés aux collaborateurs,

- l'axe relationnel : consistant à passer ou non du temps pour accompagner l'individu, l'écouter, lui donner du sens, montrer l'exemple, etc.

 

Le croisement matriciel de ces deux axes permet de constituer quatre modes de management :

- Le mode directif : avec beaucoup de structure et peu de relation, adapté aux personnes à très faible autonomie.

- Le mode persuasif : avec beaucoup de structure mais aussi beaucoup de relationnel, adapté aux personnes à autonomie relative.

- Le mode participatif : avec peu d'apport de structure mais beaucoup de relationnel, pour les personnes plutôt autonomes.

- Le mode délégatif : avec peu de structure et peu de relationnel pour des personnes qui sont autonomes et cherchent à l'être encore davantage.

 

 

Au-delà de l'adaptation du mode de management à chaque personne, le management situationnel sert donc aussi à gérer son temps : avoir une majorité de « persuasif » et « participatif » est un piège, car ces deux modes sont chronophages. C'est notamment le cas quand un manager cherche à coacher tous les membres de son équipe en même temps. C'est noble mais utopique.

Une façon de retrouver des marges de manœuvre serait donc d'équilibrer sur les quatre modes de management.


Page lue 2206 fois

Vos témoignages


Aucun témoignage n'a été posté à l'heure actuelle.

Retour en haut de page